Léojac : du village dortoir à une économie résidentielle ?


Léojac (1 127 habitants) offre un caractère rural préservé où les habitudes de consommation et les déplacements domicile/travail des habitants sont concentrés sur Montauban. L’urbanisation dispersée et l’absence de véritable centre bourg ne plaident pas en la faveur du développement du tissu économique local.

La proximité de Montauban permet de comprendre, par exemple, l’absence d’entreprise de restauration rapide sur la commune (moyenne départementale : 1 entreprise de restauration rapide pour 1 004 habitants en Tarn-et-Garonne) ou encore de garage automobile (1 garage automobile pour 765 habitants en T&G). Il faut noter néanmoins la présence d’un salon de coiffure depuis près 10 ans qui montre bien que le développement d’une économie de proximité destinée aux habitants reste possible.

Dans un contexte d’évolution démographique, Léojac élabore son Plan Local d’urbanisme avec une volonté de revitaliser le centre bourg et d’y rendre possible le développement d’une économie résidentielle (artisanat, commerces). L’enjeu est aussi de renforcer le sentiment d’appartenance des nouveaux arrivants, de consolider progressivement des liens sociaux des habitants et ainsi d’enrayer l’effet «dortoir».

 Léojac compte 18 entreprises artisanales (octobre 2014), essentiellement dans le secteur du bâtiment (12 entreprises). Avec 1 artisan pour 63 habitants (1/43 habitants à l’échelle départementale et 1/56 au niveau intercommunal), la commune offre un potentiel de développement du secteur des métiers de l’artisanat durant les prochaines années.

En se dotant d’outil de maîtrise foncière, Léojac relève le défi d’orienter son développement plutôt que de le subir en offrant un espace de développement à une économie de proximité qui concernera notamment le secteur des métiers de l’artisanat.

Voir en plein écran